Elisabeth – Un confinement étonnant

Un confinement étonnant !!

Mi- mars, le verdict tombe « confinement pour tout le monde « pour nous défendre du covid 19. Ce mot résonne dans son contenant comme un mot vide auquel je ne peux attacher aucune expérience sensorielle, culturelle ou intellectuelle …
Je lis quelques définitions sur le moteur de recherche pour être sure d’avoir bien compris et j’en trouve quelques unes étranges : terme de droit criminel donnant une peine d’isolement ou le fait D’être enfermer, retiré.Cette dernière définition me paraît plus juste et pose bien les limites dans lesquelles nous serons pour un temps indéfini.

En ce qui me concerne j’ai l’image complètement saugrenus d’un fruit confit conservés dans leur jus pour durer sur le long terme : nous sommes confits en confines.
Je vous l’accorde « confiner rend confus » Horreur , malheur, pas vraiment adepte de l’enfermement je mets en place un ambitieux planning qui me rend le sourire et me permettra de remplir le vide des heures à combler dans cette boucle fermée.

Quelques semaines aprés , devenue adepte du jogging devenu ma tenue de jour, et du maquillage nude,j’ai rempli avec brio toute ma liste de « choses « à faire : ménage à fond , repassage, 2 à 3 gâteaux par jour que plus personne ne mange. . . bref j’exagère bien sur mais l’ennui a pris forme désormais à une quête d’idées chaque jour en vue de colorer ces journées que je tend à ne plus différencier.

Je me pose , désespérée prés de l’étagère de mes livres et là mes yeux tombent sur un titre « maintenant foutez moi la paix » de philippe delerm, un élan nouveau me traverse.Je lis en une après midi ce trésor;l’auteur dresse le portrait de l’ecrivain Paul leautaud fine plume, misanthrope, grand solitaire et critique littéraire très prisée du debut du siecle jusqu’aux années 50.
Grace à ce livre je pousse mes recherches et découvre une perle , un personnage haut en couleurs qu’on aime ou déteste, sous le pseudo de Maurice Boissaard quand il travaille comme critique au Mercure puis écrit ses « journal littéraires » jusqu’aux années 50.Sa plume, sa gouille, son rire
sont un délice pour l’esprit ,une confiture pour le pain, par ses contradictions et coléres nous font découvrir un homme vrai et entier.
Une espèce d’effervescence me prend et cette nouvelle passion pour cet auteur recolore mes journées, et j’apprends meme qu’il a fait des entretiens radiophoniques de 1950 à 1951 donnant son avis sur toute la litterature, montrant ses contradictions , un délice et amusement pour l’oreille que je vous invite à redécouvrir sur you tube et egalement à lire ses livres « im memoriam », passe- temps ». ;; Et à ce moment là je suis ravis d’etre confiné !!!

Gilles Legardinier « le meilleur moyen d’apprendre c’est la contagion de bonheur que procure la lecture »

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *