Daniel – Le Jazz et l’androgyne

J’espère ne choquer personne avec ce que je vais  dévoiler ! En effet, cette découverte me laisse moi-même perplexe , mais comme l’on dit ” les goûts sont dans la nature” , mais là , on dépasse la logique vitesse grand V.

Dans les années trente, il n’est pas envisageable que les femmes deviennent musiciennes  dans un groupe de Jazz , au point que l’une d’entre elles se fit passer toute sa vie pour …un homme !

Dorothy Lucille Tipton naît en 1914 en a Oklahoma City.. Lycéenne, elle manifeste un net penchant pour le jazz et apprend le piano  et saxophone. Son rêve est de vivre de son art.

Un seul choix s’offre à elle : passer auprès de tous pour un homme !

A 19 ans, elle se coupe les cheveux, comprime ses seins sous des bandages qu’elle ne quittera plus,  désormais elle met des costumes d’hommes, .

Ses talents d’instrumentistes lui permettent de se faire embaucher dans divers groupes locaux. La transformation définitive s’opère en 1940 , année où elle quitte l’Oklahoma pour une carrière de musicienne itinérante.

Elle adopte alors le nom de ” Billy”, celui de son père.

Tipton ” Billy” se cache dans sa vie privée, elle ne se montre jamais nue, ne se laisse jamais toucher au dessous de la ceinture, porte une prothèse ” Jock Strap” que chacun peut traduire sous le terme de “good” ??Son secret toujours bien gardé ,elle emmène ses musiciens à Stokane, dans l’état de washington , où elle devient découvreur de talents ,et ne joue que le week-End dans un petit hôtel discret!

Ce n’est qu’à sa mort, en 1989 , que l’on découvrira avec stupeur que cet ” homme “de 74 ans , père adoptif de trois enfants, était une femme !!!

Ceci inspira de nombreux auteurs de pièce de théâtre , d’essais, de court-métrage , de chansons te de nouvelles , un groupe de Jazz féminin prit même son nom , le “Billy Tipton Memorial Saxophone Quartet “

Ca ” secoue” comme “dirait feu Johny , n’est-ce-pas ?

Salut, à plus, portez-vous bien, restez confiné, la délivrance tarde à venir!!!

Daniel.

Une pépite à écouter , Dorothy au piano en 1955 :

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *