Daniel – Carla Bley

Billet d’humeur n°8 de Daniel du jeudi 26 mars 2020

Bonjour les fans de Radio-Scarpe-Sensée et de Home-Radio,

Je vais remercier ici Jérôme et Hervé pour avoir mis en place cette chronique ” Billets d’humeur”, qui, pour ma part, me permet de me mettre en rapport avec vous et surtout de  penser à toute autre chose qu’à ce ” matraquage” médiatique  qui malheureusement est un mal nécessaire  pour tenter de nous aider à faire face à la bête immonde de cette décennie Je vois d’ailleurs que Seb s’éclate bien sur le Home-Radio , et c’est bien!

Ceci étant dit , aujourd’hui , je vais vous parler d’une autre musicienne de Jazz, Carla Bley.

A 17 ans,après avoir quitté le giron familial un peu strict, Carla arrive à New York. Pour gagner sa vie , elle devient “cigarette girl” dans un mythique club de Jazz  , le Birland . C’est là qu’elle rencontre son futur mari , le pianiste Paul Bley.

Impressionné par ses qualités de musicienne , il lui conseille de se mettre à composer , un sacré flair, puisqu’elle deviendra l’une des arrangeuses et compositrice de Jazz les plus recherchées des années 60 à 80.

Elle travaillera notamment pour Georges Russel (chef d’orchestre Américain) , Jimmy Giuffre (clarinettiste et saxophoniste) , Robert Wyatt ( batteur de Jazz ),Charlie Haden ( contrebassiste), et même Nick Mason, le batteur des Pink Floyd ,avant de monter son propre orchestre , le ” Carla Bey Band” .

Comme quoi , le talent dans le Jazz, que l’on soit homme ou femme , sait être reconnu!!!

Demain , je vous expliquerai comment Louis Amstrong à réussi à  ” piéger” Richard Nixon , Président des Etats -Unis  dans les années 50!

Portez-vous bien , Daniel.

Photo : Carla Bley


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *